Quelques repères historiques :

En Mai 1789, le roi Louis XVI convoque les Etats Généraux, c'est à dire une assemblée représentant la Noblesse, le Clergé et le Tiers Etat (commerçants, artisans et paysans). Il veut leur faire trouver le moyen de remplir les caisses de l'état qui sont vides.

Les représentants du Tiers Etat, bientôt rejoints par un certain nombre de nobles et de membres du clergé s'autoproclament Assemblée Nationale et décident de limiter les pouvoirs du roi par une constitution. Une réorganisation complète de la France est en marche, avec notamment la création des Départements et des communes tels que nous les connaissons aujourd'hui.

Naissance de la Commune de Reventin
21 Février 1790
Convocation d'une assemblée constitutive
 

Le dimanche vingt un du mois de février année mil sept cent quatre vingt dix, sur les onze heures du matin, Nous Philibert Magnard, bourgeois de Vienne, châtelain de la communauté de Reventin, Pierre Berton Consul collecteur, François Marin Benatru et Jean Guillot pérécateurs et Marc Charreton conseiller du Roy notaire à Vienne secrétaire greffier, tous officiers municipaux de la communauté de Reventin, nous sommes assemblés dans l’église paroissiale de ce lieu en suite de la convocation qui fut faite dimanche dernier quatorze de ce mois, tant par publication au prône de la messe de paroisse que par affichage à la porte de l’église pour procéder à l’organisation d’une nouvelle municipalité conformément aux lettres patentes du Roy sur le décret de l’Assemblée Nationale du quatorze décembre année mil sept cent quatre vingt neuf lequel décret ainsy qu’une instruction nous ont été adressés par Messire Caze de Labove intendant de cette province.
Le décret de l’Assemblée Nationale ayant décidé que tout citoyen actif pour avoir cette qualité et estre électeur devait payer la contribution directe de la valeur locale de trois journées de travail, et celle de dix journées pour estre éligible ; pour pouvoir distinguer les citoyens électeurs et éligibles aux termes dudit décret, nous avons évalué la journée de travail à vingt sols.


Pour nous conformer à l’art. 8 de ce décret, nous avons nommé Cristophe (sic) Gautier habitant de ce lieu, lequel sera chargé d’ouvrir la séance et expliquer à l’assemblée l’objet de sa convocation, commission que ledit Gautier a accepté et a promis s’en acquitter, le châtelain et le greffier ont signé, non les autres officiers pour ne savoir le faire l’ayant ainsy déclaré de ce enquis et requis

Signé : Gautier – Magnard - Charreton